Écologie de la nutrition

ecolonutrition

L’ écologie de la nutrition

Le concept d‘écologie de la nutrition a été forgé en 1986 par un groupe de nutritionnistes de l’université de Giessen, en Allemagne. C’est une science interdisciplinaire qui étudie les conséquences globales de nos modes alimentaires et par incidence leur viabilité à plus ou moins long terme.
En effet, notre façon de nous nourrir impacte directement non seulement notre santé, mais également l’environnement, et a des répercussions sociales et économiques considérables.
De nos jours, le « développement durable » est défini comme un développement assurant la satisfaction des besoins des générations actuelles sans compromettre ceux des générations futures.
Du point de vue de la nutrition, le « développement durable » passe nécessairement par une répartition équitable des réserves alimentaires mondiales à travers des habitudes alimentaires écologiques et bonnes pour la santé.

Sept critères apparaissent déterminants :

  • L’alimentation devrait être principalement d’origine végétale
  • L’alimentation devrait provenir d’une agriculture biologique
  • L’alimentation devrait être produite localement et en respectant le cycle des saisons
  • Les aliments devraient être les moins transformés possible
  • Les aliments devraient être emballés et/ou conditionnés écologiquement
  • Le commerce des denrées alimentaires devrait être équitable
  • Les aliments devraient être savoureux

Les conséquences d’une mauvaise alimentation

Si près de 900 millions de personnes dans le monde souffrent encore de la faim, le nombre de personnes en surpoids dépasse désormais 1 milliard de personnes et ne cesse de s’accroître, y compris dans les pays en développement.

Si rien n’est fait pour enrayer cette véritable épidémie et son cortège de maladies chroniques, un renversement à la baisse des tendances de longévité est à prévoir, sans parler de l’accroissement de la morbidité liée à ces maladies.

Les dangers des agents chimiques présents dans notre environnement.

Par ailleurs de récentes études ont mis en évidence les roles néfastes pour le développement du cerveau de l’enfant joués par des agents chimiques largement présents dans notre environnement.
Des éléments récents indiquent par ailleurs que les hormones thyroïdiennes jouent un rôle essentiel à un stade très précoce du développement cérébral, durant les trois premiers mois de grossesse.

De fait, on retrouve de nombreux types de produits chimiques dans les fluides et dans les tissus humains (graisse, urine ou sang/sérum) et même – plus inquiétant encore – dans le liquide amniotique, dans le sang du cordon ombilical et dans le lait. Nombre de ces substances sont retrouvées à des concentrations susceptibles d’interférer avec la signalisation des hormones thyroïdiennes, et donc avec le développement neurologique.

Tout un combat citoyen reste donc à mener pour s’approcher au plus tôt de la réalisation des 7 critères listés plus haut.

Pour en savoir plus :

Ecologie de la nutrition

Perturbateurs endocriniens

Une vidéo choc d’arte : Demain tous crétins durée 56 mn

Le Martsi vous souhaite d’heureuses fêtes de fin d’année,

une occasion de tester

de nouvelles préparations culinaires originales et saines

noel_024

 

Festival ALIMENTERRE 2017

Evénement incontournable sur les enjeux de l’alimentation et de l’agriculture dans le monde, le Festival ALIMENTERRE sera organisé du 15 octobre au 30 novembre 2017 par des centaines de bénévoles partout en France et dans 12 pays.

Le martsi  participe cette année à ce festival en proposant deux projections et débats :

2e PROJECTION

à la Médiagora de Saint-Julien-de-Civry

le samedi 25 novembre à 20 h 30

 Prix de l’entrée / entrée libre : Participation au chapeau (libre)
Consommer autrement, quelles solutions, court métrage de Instituto Kairos (10 min)

consommer autrementLe film propose une réflexion sur la consommation et les alternatives à la grande distribution et à l’agriculture conventionnelle.

Hold up sur la banane,  de François Cardona (52 min)
Une discussion autour des films est proposée à la suite de la projection

La culture du fruit tropical le plus consommé au monde fait vivre des millions de personnes. Fruit sain recommandée par tous les diététiciens, elle est au coeur d’un marché mondial qui attise les convoitises.
Sa rentabilité est telle qu’elle s’est transformée en placement financier à très haut rendement, mettant en oeuvre des conditions de travail proches de l’esclavage, et des pesticides toxiques utilisés de manière intensive.
banane

Le nombre de places étant limité, il est conseillé de réserver par mail à l’adresse suivante reservations@lemartsiduvendredi.fr

Pour en savoir plus :

Festival ALIMENTERRE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1ere PROJECTION : à la Salle des fêtes d’Oyé le samedi 28 octobre à 18 h 00

Cousin comme cochon   de Mathurin Peschet (52 min).

Cousin comme cochon suit la quête d’un Breton dans l’univers singulier de cet animal si proche de nous.

Plastiques alimentaires : vigilance !

PLASTOC

Les emballages et les boîtes plastiques sont très utilisés dans l’agroalimentaire, comme à la maison pour conserver les aliments. Mais les composants des plastiques ne peuvent-ils pas se retrouver dans l’organisme ?

Le risque des plastiques servant à contenir ou conserver des aliments est la migration de monomères résiduels ou d’adjuvants du contenant vers l’aliment (et donc notre organisme). On sait aujourd’hui que notre sang est contaminé par des substances plastiques diverses qui ont des effets néfastes, notamment sur nos hormones et l’appareil reproducteur.

Pour savoir de quel matériau sont constituées vos boîtes en plastique et quel usage vous pouvez en faire, il suffit de les retourner. Vous aurez accès à quelques informations utiles sous forme de pictogrammes généralement explicites : nature du plastique (voir diaporama), passage au lave-vaisselle ou non, au four à micro-ondes ou non…

Au contact des matières plastiques, certains aliments, notamment ceux riches en graisses, peuvent devenir eux-mêmes une source de contamination. En effet certains constituants des aliments peuvent être transférés au plastique et modifier sa structure activant ainsi la migration du contenant vers le contenu. Sur certaines boîtes en plastique, il est d’ailleurs inscrit que l’utilisation d’huile ou de corps gras est à proscrire.

D’une manière générale mieux vaut éviter d’utiliser des contenants en plastique au four à micro-ondes même si le pictogramme « va au four à micro-ondes » est présent. De même, éviter de passer les films alimentaires au four à micro-ondes.

Plastiques alimentaires

polyéthylène téréphtalate.

PET

Utilisé pour les bouteilles d’eau minérale et de jus de fruits, les emballages jetables… susceptible de renfermer du bisphénol A.  plast1
polyéthylène haute densité

HDPE

utilisé pour les bouteilles de lait, les bouchons vissés… Il fait partie des choix les plus « sûrs » en matière de plastique alimentaire.  plast2
Le polychlorure de vinyle

PVC

utilisé pour les boîtes alimentaires, les bouteilles d’eau minérales, les films alimentaires. Susceptible de renfermer du bisphénol A et doit être évité pour les usages alimentaires.  plast3
Le polyéthylène basse densité

LDPE

entre dans la composition de barquettes et films alimentaires, de sacs de congélation… Il fait partie des choix les plus « sûrs » en matière de plastique alimentaire.  plast4
PP

Le polypropylène

se retrouve dans les barquettes de beurre, les pots de yaourt, les boîtes plastiques alimentaires, les biberons… Fait partie des choix les plus « sûrs » en matière de plastique alimentaire.  plast5
Le polystyrène

PS

Est utilisé pour fabriquer des couverts et verres en plastique, des pots de yaourt, des emballages pour les oeufs… Mieux vaut éviter l’usage de plastiques portant ce pictogramme 6.  plast6
Les autres plastiques Sous ce sigle se regroupe tout ce qu’on ne peut mettre dans les autres catégories : bouteilles de ketchup, biberons, gourdes… S’il est accompagné des lettres PC (polycarbonate), il renferme du bisphénol A. De manière générale, évitez les plastiques qui comportent ce symbole de recyclage.  plast7

Les plastiques polluent les océans à grande échelle :

On pourra enfin jeter un oeil sur la bande annonce du film Plastic Planet de Werner Boote (2011)
Commode et bon marché, le plastique semble être devenu incontournable dans notre vie quotidienne. Tous les secteurs de l’industrie mondiale dépendent aujourd’hui, d’une manière ou d’une autre, du plastique. Il est présent partout (emballages, matériaux de construction, électronique, vêtements…). Pourtant, le plastique est devenu un danger global, tant pour l’homme que pour la planète, symbole de sur-consommation et de pollution à grande échelle.
https://www.youtube.com/watch?v=z8qXPbc-hSQ