Il est encore temps ! Avez-vous envie d’agir ?

Ce 8 octobre, un nouveau rapport a été publié sur les impacts d’un réchauffement de +1,5°C (et au delà) et sur les actions à engager pour éviter ce réchauffement.

Ce rapport arrive à point nommé, car les engagements pris par tous les pays nous mènent à un réchauffement climatique de plus de 3°C d’ici à la fin du siècle. Il doit donner des preuves scientifiques à nos décideurs pour rectifier le tir au plus vite.

« Il est encore temps » est un mouvement en train d’émerger qu’il peut-être intéressant de connaître, de suivre ou de rejoindre. Son objet et de mobiliser chacun d’entre nous en solo ou en groupe pour agir à son niveau pour limiter les effets du changement climatique qui pourraient devenir désastreux.

La vidéo ci-dessous en est une présentation

Pour s’informer et agir, on peut visiter le site de ce mouvement ici
https://ilestencoretemps.fr/

Pour avoir des clés de compréhension on peut télécharger le Kit pédagogique fourni par le Réseau Action Climat France ici :

Kit pédagogique

On y trouvera entre autres, des réponses aux questions :
Quels sont les effets des changements climatiques sur les cultures ou les migrations dans les pays du sud ; ou les effets sur l’agriculture ou les littoraux en France ?
Quels sont les éco-gestes et solutions à la portée des citoyens : comment agir et réduire ses émissions en faisant évoluer ses modes de déplacement ? ou son alimentation ?
Quelles sont les idées reçues sur les changements des climats ?

N’oubliez pas :

caplat-2

Un été brûlant

étébrulant1

L’épisode de canicule de cet été a marqué ceux des esprits proches des rythmes de la nature mais ne semble pas avoir suscité grands débats dans ceux des médias de masse. Pourtant l’aspect de nos paysages s’est modifié, le vert des prairies du Charolais Brionnais ont viré au jaunasse tenace, les niveaux des rivières ont baissé au point de ne plus y voir un pêcheur, les feuilles de certains arbres de nos bois tombent avec quelques semaines d’avance, les vendanges commencent en août. Il est grand temps que les individus du bottom que nous sommes et qui sont aussi des citoyens se mobilisent pour mobiliser les politiques du top qui préparent de « grandes » réformes. Pourtant la grande tâche du moment est le bouleversement climatique en cours. Si le jour d’épuisement de la biocapacité de la planète a été tristement fêté le 1er août, il aurait dû l’être pour la France le 5 Mai !!

étébrulant

Une récente étude parue dans Nature Climate Change montre que le tourisme de masse serait responsable d’une augmentation vertigineuse d’émission des gaz à effets de serre : en 2009 le tourisme aurait été responsable d’une émission de 4,5 Gt-CO2eq (4,5 gigatonnes d’équivalent de dioxyde de carbone) et atteindrait 6,5 Gt-CO2eq en 2025) 6,5 milliards de tonnes !! On y apprend aussi que d’ici à 2070 le secteur aérien pourrait représenter… 100% des émissions de gaz à effet de serre. C’est le signal d’alarme de climatologues. En face nous avons celui de la majorité des économistes occidentaux qui se focalisent sur le demi point de croissance mondiale que pourrait coûter la guerre commerciale déclenchée par le président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump. Bref tout va bien !

Pourtant, certains ont tiré la sonnette d’alarme dans les années 1970 en posant la thèse que l’on ne pouvait espérer une croissance indéfinie sur une planète disposant de ressources finies. Ils ont élaboré des scénarios de décroissance soutenable qui favorisent l’utilisation de ressources renouvelables, le recyclage, la diminution de la consommation énergétique, la limitation du gaspillage et la sur-consommation constamment sous emprise d’un marketing tentaculaire, insidieux et polymorphe.

étébrulant3

Le mathématicien et économiste Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1994) a posé les fondements du concept de décroissance et rappelant que « le processus économique matériel ne peut se répéter et s’accroître indéfiniment dans un monde où l’énergie (flux solaire et énergies qui en sont dérivées) et les matières premières sont limitées» citation tirée son ouvrage  La décroissance. Entropie – Écologie – Économie (1979)

Le mythe d’une croissance infinie est donc définitivement une croyance bien ancrée chez les élites mondialisées. Il y a une autre alternative :

Pour avoir une idée du concept de décroissance : voir la petite vidéo ci dessous.

 

Pour en savoir plus sur les travaux de Nicholas Georgescu-Roegen : en cliquant sur le lien ci-dessous, on peut télécharger son ouvrage majeur « La décroissance. Entropie – Écologie – Économie  » ici en accès libre de droits et au format pdf. A mettre dans toutes les mains surtout celles des élèves de lycée !!

la_decroissance

A suivre …

 

 

 

Vers un développement humain ?

A l’aube d’un changement de président de la République, puis de gouvernement puis de composition de l’Assemblée Nationale dans notre pays, on pourrait prendre le temps d’écouter la parole d’Edgar Morin qui nous propose des pistes de réflexion et d’actions pour ce XXIe siècle dans lequel le monde semble être entré par des sentiers souvent bourbeux. La conscience est toujours en retard sur l’événement, mais la complexité du monde reste difficile à comprendre, à appréhender.

  1. Le diagnostic : La communauté de destin des hommes : le pire côtoie  le meilleur

2. L’idée de développement humain :  le modèle de développement occidental devenu mondialisé reste insuffisant car ignorant les qualités des cultures. En période de crise, les prises de conscience peuvent s’accélérer. Un système en crise peut soit se désintégrer, soit entrer en régression, soit se transformer en méta-système.

3. Les sept réformes nécessaires au XXIème siècle à mener ensemble : réformes économiques, sociales, politiques, de la connaissance, de l’éducation, de vie et éthiques.

Dans nos sociétés pourtant il y a des initiatives dans lesquelles des solidarités se créent, des associations se forment, des petites entreprises existent pour lutter contre des pollutions, pour redonner vie à un village, pour créer des activités économiques de solidarité, pour retrouver un lien, pour lutter contre la dégradation de l’environnement etc…

Vivre poétiquement : Vivre c’est s’épanouir, c’est vivre en communauté, c’est vivre en conformité avec soi même et avec les autres. C’est ça la poésie : vivre poétiquement, selon ses aspirations.

A suivre …