Agriculture et Changement Climatique 

Agriculture et Changement Climatique

Une conférence de Jacques Caplat

à la salle communale de Poisson (71600)

le samedi 20 octobre 2018 à 20h30

L’association « Le Martsi du vendredi » et le Comité de Protection de l’Environnement en Charolais Brionnais (CPECB) de POISSON invitent l’agronome et anthropologue Jacques Caplat à donner une conférence sur le thème « Agriculture et Changement Climatique ».

jacques-caplat2

Cette conférence suivie d’un débat se déroulera le samedi 20 octobre 2018 à la salle communale de POISSON à 20h30 et est ouverte à tous. La participation est libre.

Le choix du thème de cette conférence s’appuie sur plusieurs constats :

  • L’été qui se termine après une longue période de fortes chaleurs et de sécheresse laisse à penser que le changement climatique et le réchauffement global sont en marche ici même.

  • De plus en plus de consommateurs se préoccupent de la qualité de leur alimentation : comment sont produits les aliments, quelles sont leur qualités nutritionnelles, d’où proviennent-ils, comment sont-ils conditionnés et distribués ?

Aussi un rapprochement entre les agriculteurs, éleveurs, maraîchers, et le public semble nécessaire pour envisager une transition inéluctable vers des modes de production et de distribution des aliments moins polluants, moins énergivores et plus respectueux de la pérénnité de l’équilibre des éco-systèmes.

Jacques Caplat évoquera les fondements d’une agriculture articulée autour de 3 domaines :

  • L’écosystème : les sols qui sont un milieu vivant

  • L’agrosystème : les plantes cultivées et les animaux élevés

  • Les humains : avec leurs besoins alimentaires et leurs choix sociaux pour les satisfaire mais aussi leurs savoir et savoir-faire.

Il rappelle que si les choix agricoles sont subjectifs ils n’en sont pas moins légitimes : «  les envies alimentaires ou paysagères d’une société sont un constituant incontournable de tout système agraire » (*)

Il évoquera aussi les fondements d’une véritable agriculture biologique qui, selon son expérience, est à même de produire suffisamment de nourriture pour l’humanité entière. Cela suppose une transformation progressive des méthodes de culture, d’élevage et de préservation des sols.

De nombreux programmes sont déjà expérimentés de par le monde (Afrique sub saharienne, Amérique du sud, Inde etc …) mais aussi en Europe et en France en particulier. Les pays les plus exposés au changement climatique ont déjà entamé un processus de transition avec des résultats encourageants en privilégiant notamment les cultures de plantes associées plutôt que les mono-cultures.

caplatsec

Le changement climatique atteint aujourd’hui l’Europe. La transition progressive vers une agriculture biologique participera à la diminution d’émissions de gaz à effet de serre, au maintien de la bonne santé des sols. Elle permettra de renouer les liens entre les agriculteurs et la société (marchés locaux, filières courtes, fermes à taille humaine, AMAP(**) etc ..)

«  L’agriculture nous concerne tous et toutes car elle permet de relier une groupe humain à une terre »(*).

La conférence d’une durée d’une heure sera suivie d’un débat avec Jacques Caplat.

(*) Jacques Caplat «  Changeons d’agriculture – réussir la transition » éditions Actes Sud

(**) AMAP : association pour le maintien d’une agriculture paysanne

Jacques Caplat est ingénieur agronome (VetAgroSup, 1994 ) et titulaire d’un master d’anthropologie sociale et ethnologie (EHESS, 2011) et est secrétaire de l’association Agir pour l’Environnement.

Les Martsis de l’été – le 3 août

Sur le Martsi du vendredi 3 août à partir de 17 heures,

Une foire aux vins et bières bio avec :

vin-bière

5 producteurs de vins 

Domaine des Riots-Thierry MOREAU – Mâcon Villages
Les Vins des Fossiles de Jean Claude Berthillot BLANCS : Auxerrois, Pinot Gris, Sauvignon Gris ; Chardonnay ROUGES : Gamay vieilles vignes, Pinot Noir
Domaine des Grottes – Beaujolais rouge en biodynamie certification DEMETER
Pierre Gobet – Cotes roannaises.
Vins Tripoz Mâcon Loché en biodynamie certification DEMETER

3 producteurs de bières.

Teddy Beer, brasseurs bio de St Bonnet de Joux
Kura Bourgogne de Vendenesse les Charolles
L’affoleuse Brasserie Bio de Saint Cyr le Chatoux

Buvette et restauration avec des tartines

Sur le martsi toujours : des fromages chèvre, brebis, vaches, oeufs, volailles, viande de porc et charcuterie, légumes frais, pâtes, pains, viennoiserie, saumon fumé, poisson d’eau douce sous vide, condiments, vinaigres, champignons, miels, escargots en conserves et dérivés pour apéritifs …

À partir de 20 heures :

à partir de 20 heures dans le cadre de ses animations d’été, l’association propose un spectacle gratuit de théâtre burlesque pour tout public :

« A Table ! »

a-table-web

 

 


Martsi du vendredi 7 septembre : à 20h30 : spectacle de cirque « Ô Lampion » par la compagnie L’Écho De L’Air

Les bénévoles de l’association souhaitent vous accueillr nombreux sur ces martsis de l’été pour joindre l’utile -le bien manger- à l’agréable -la convivialité et la découverte de jeunes talents !-.

Une réflexion sur la transition énergétique (1)

Cet article est un début d’une réflexion menée à la suite de la projection du film « Qu’est-ce qu’on attend ? »  à Charolles le 25 mai 2018. 100 personnes ont assisté à cette projection et le débat qui lui a succédé a soulevé des questions aussi originales que légitimes. Nous souhaitons ici examiner l’état d’avancement de la transition énergétique au niveau national, régional, local.

TE

1.En quoi consiste la transition énergétique ?

L’évolution des habitudes de consommation énergétique et celle des méthodes de production d’énergie constituent ce qu’on désigne par Transition Energétique.

En résumé l’objectif est d’abandonner progressivement d’exploiter les ressources fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon…) pour produire de plus en plus d’énergie renouvelable que sont le solaire, l’éolien, la géothermie, l’hydraulique). Mais en même temps, il est nécessaire de réduire la quantité d’énergie consommée par tous les acteurs de la société. Il s’agit donc d’une vraie (r)évolution des comportements humains des pays riches qui ont eu tendance  à gaspiller beaucoup en accélérant les effets délétères sur l’ensemble de notre éco-système planétaire (diminution de la bio diversité, appauvrissement des sols, pollutions atmosphériques  et marines,  dégradation de la qualité des aliments entraînant problèmes de santé publique etc…).

2. Qu’en est-il de la transition énergétique à notre niveau national ?

Au niveau national : la France bénéficie de plusieurs atouts favorables au changement de méthodes de production d’énergie. C’est le 2e gisement de vents en Europe, le 5e pays d’Europe pour l’ensoleillement. Par ailleurs elle dispose d’une importante surface forestière et d’abondantes ressources hydrauliques ( nous en avons un bel exemple avec la mini centrale hydraulique du moulin de Lugny lès Charolles).

Rappels des objectifs pour la France :

 
Energie Millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) en 2005 Millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) prévues en 2020
Chauffage bois brut 7,4

5,7 millions d’appareils

7,4

9 millions d’appareils

Chauffage bois et déchets bois 1,8 9
Solaire, geothermie, pompe à chaleur 0,4 3,2
électricité hydraulique 5,2 5,8
électricité bio masse 0,2 1,4
électricité éolienne 0,2 5
électricité photovoltaïque 0 0,45
Bio carburants 0,7 4

Pour l’instant la France est en retard par rapport à ces objectifs. En effet en 2020 le pays aurait dû atteindre 23% d’énergies renouvelables de sa consommation totale brute. Or en 2015 les énergies renouvelables atteignaient seulement 14,5 %. Les raisons sont dues au retard de la mise en place des parc éoliens offshore qui ne devraient être mis en service …. qu’en 2020.

A suivre …