Introduction d’aliments bio et locaux dans les cantines.

Loi pour l’introduction d’aliments bio et locaux dans les cantines !

Chaque jour en France, plus de 8 millions de personnes partagent un repas en collectivité, soit 3 milliards de repas par an, que ce soit à l’école, en entreprises, dans les hôpitaux ou les maisons de retraite…

Dans la majorité des situations, ceses repas sont souvent issus d’une agriculture conventionnelle, lourde en conséquences sur la biodiversité, le climat et même notre santé. À l’approche du passage au Sénat de la « Loi d’avenir pour l’Agriculture» qui aura lieu en avril, par les valeurs défendues par notre association du Martsi nous pouvons faire  pression pour que cette loi permette au plus grand nombre d’avoir accès à des repas plus équilibrés et sains à un coût acceptable en promouvant des modèles agricoles durables et respectueux des sols et de notre environnement.

Nourir l’ensemble de la planète par l’optimisation des cultures associées utilisées en agriculture biologique est possible : votre notre article ici

 

L’agriculture bio : moyen de nourrir le monde ?

Une réflexion de Jacques Caplat sur deux orientations agricoles : l’agriculture conventionnelle (monocultures) et l’agriculture biologique (cultures associées).

Jacques Caplat est agronome et ethnologue. Fils de paysan, il a été conseiller agricole en chambre d’agriculture, puis animateur à la fédération nationale d’agriculture biologique. Il a notamment participé à la création du réseau Semences paysannes et s’est impliqué dans des actions de développement dans des pays du Sud.

Points abordés dans la vidéo :
1. L’agriculture est dite conventionnelle car elle fait convention : elle est basée sur la mécanisation et la chimie.Son bilan énergétique est négatif.
2.Il est aujourd’hui largement prouvé qu’elle a un fort impact sur la santé humaine, la biodiversité, l’effet de serre.
3. Elle est la première cause de la faim dans le monde.
4. L’objectif d’augmenter les rendements en monoculture entraîne l’artificialisation des sols du fait des intrants et des pesticides issus de la chimie.
5. Les cultures associées permettent d’avoir des conditions plus favorables au développement des plantes.
6. Elles permettent l’optimisation de la photosynthèse qui entraîne une production de bio masse supérieure à celle de l’agriculture conventionnelle.
7. Elles permettent une bonne stabilisation des sols par les plantations d’arbres et d’arbustes.
8. Elles remettent le paysan au centre d’un système durable de production de l’alimentation humaine.

durée : 15 minutes

 

 

Dans la suite de la COP 21 …

Dans le contexte de la Conférence sur le climat de Paris 2015, il nous a semblé utile de proposer aux internautes qui suivent les actions de l’association, des petits films en lien direct avec les enjeux de cette conférence historique.

1er film : une petite animation qui rappelle les mécanismes de l’effet de serre et du réchauffement qui en résulte sur la Terre.

2e film : un extrait d’un document consacré à l’éco-construction et aux éco-villages. Ici, il est question de l’expérience du Hameau de Buis situé dans le sud de l’Ardêche

3e film : Une solution de consommation d’électricité issue de la production d’énergie renouvelable avec la coppérative d’utilisateurs Enercoop.

4e film : 40 ans de permaculture : la longue expérience d’un couple belge qui présente son « jardin en permaculture » et sa collection de semences.

5e film : Une présentation de l’association des semencières dont l’objet est la conservation des semences traditionnelles loin des catalogues restrictifs des semence hybrides proposées par les industriels.

6e film : Un extrait d’une conférence donnée par l’ingénieur agronome micro-biologiste des sols Claude Bourguignon : de plus en plus de sols sont appauvris du fait des traitements agro-chimiques qu’on leur fait subir, quels sont les remèdes pour les reconstituer et les préserver.

Toutes les vidéos sont issues de youtube