De la bienveillance du ver de terre …

Ce sont les architectes de nos sols : entre un et trois millions de vers de terre vivent dans la terre en bonne santé d’un hectare de prairie. Plus il y en a, plus le sol est fertile.
versdeterre

C’est en utilisant les vers de terre, à la manière de sondes explorant non pas l’espace mais le sol, que Marcel Bouché est parvenu, pour la première fois, à évaluer l’ampleur surprenante de cette activité. Les sols, constituant la majeure partie des écosystèmes, sont en permanence ingérés, digérés et remodelés : ainsi, ce sont des centaines de tonnes de terre à l’hectare qui passent chaque année par le tube digestif de ces animaux. Ce travail assidu du sol permet de l’aérer, d’en améliorer la structure par le mélange intime des minéraux et de la matière organique, et de recycler des quantités considérables de carbone, d’azote, etc. pour féconder des sols ainsi naturellement dotés de fertilité.

L’importance des vers de terre s’explique par leur origine très ancienne et leur établissement en cohérence avec les autres constituants majeurs de nos écosystèmes, tels les sols et les plantes.

vers de terre2

L’évolution des milieux, incluant celle des vers de terre, explique leurs rôles fondamentaux et éclaire, a contrario, les effets souvent dévastateurs de nos pratiques.

pour en savoir plus :

Marcel Bouché : Le fabuleux travail des vers de terre dans une émission de France culture : durée 24 mn

verslaterre-versdeterre

 

Et après « DEMAIN » …

aprèsdemain

Dans la suite de la projection du film de Cyril DION et Mélanie LAURENT qui a eu lieu à Oyé avec Ciné-Villages, les actions proposées au Martsi semblent vraiment entrer en résonance avec certaines des actions évoquées dans le film. En effet le Martsi avec une forte proportion de producteurs locaux et sous label Bio, remplit déjà l’un des objectifs proposés par la rubrique « APRES DEMAIN » le site web du film DEMAIN.

Comment participer à ce changement de modèle de civilisation qui semble inéluctable si l’on veut prendre soin des générations futures et des milieux de vies où qu’ils se trouvent dans le monde.

Quelques propositions  à développer individuellement :

Installer des sources renouvelables à la maison :

Pour devenir soi-même producteur d’électricité  : voir le lien : http://www.colibris-lemouvement.org/agir/guide-tnt/devenir-soi-meme-producteur-delectricite

Changer de banque : pourquoi ? La plupart des banques françaises ont des filiales dans les paradis fiscaux, incitant leur client à y dissimuler leur patrimoine. Les taxes sur ces sommes faramineuses permettraient de résoudre de nombreux problèmes que nous connaissons. La plupart des banques pratiquent également des activités spéculatives notamment sur la faim. Enfin, les principales banques françaises financent massivement le secteur du charbon, l’énergie fossile la plus émettrice de CO2.

Voir le lien sur la Finance Responsable –>  Je change de banque : http://www.financeresponsable.org/rubrique.php?id_rubrique=11

Quelques propositions  à développer collectivement :

Créer une coopérative citoyenne de production d’énergie renouvelable : http://www.bastamag.net/Energies-renouvelables-les-parcs-eoliens-citoyens-ont-le-vent-en-poupe

Monter une école alternative : http://www.colibris-lemouvement.org/agir/guide-tnt/comment-creer-un-lieu-deducation-alternatif

Quelques propositions  de développement d’actions politiques :

Réorienter les subventions agricoles pour permettre la conversion vers l’agriculture biologique, l’agroécologie, la permaculture… 

Basculer la fiscalité du travail vers le carbone

Intégrer l’étude de la pédagogie et la formation “in situ” dans les cursus des enseignants

Voir la pages de toutes les propositions pour APRES DEMAIN sur le site du film Demain :  https://www.demain-lefilm.com/apres-demain

Toutes les questions posées par le film peuvent faire émerger  des envies d’échanges, des envies d’actions parmi vous, visiteurs du site du Martsi. Manifestez vos envies sur les prochains martsis pour qu’ « après Demain » nous puissions ensemble tracer de nouvelles routes …

 

 

Les semences : un bien commun

légumes

Les personnes qui adhèrent au Martsi du Vendredi, le font parce qu’ils sont en général convaincus par les méthodes de production de l’agriculture biologique. Les conséquences d’une agriculture totalement soumise aux usages intensifs de produits phytosanitaires issus des multinationales commencent à apparaître comme dangereuses en terme de santé publique.
Pour que subsiste et se développe davantage l’agriculture biologique, les semences doivent être d’une qualité optimale et la richesse des variétés doit être préservée.

Partant du constat :
1-Que les semences sont le premier maillon de la chaine alimentaire et de ce fait sont la source de toutes vies et de l’évolution future ;
2-Que les semences sont échangées et utilisées librement par les communautés paysannes depuis des millénaires ;
3-Que cette liberté est aujourd’hui remise en question par les industries semencières multinationales, menaçant ainsi la sécurité alimentaire mondiale, la biodiversité, le mode de vie paysan et la santé de l’Homme, la campagne « Seed of Freedom – Les Graines de la Liberté » appelle les citoyens du monde entier à réagir pour défendre la liberté des semences.

De cette réflexion, a été rédigée une Déclaration pour la liberté des semences que chacun peut retrouver en entier, et la signer s’il le souhaite sur le lien qui précède.

Nous recopions ci dessous les 3 premiers points de cette déclaration qui en compte 10 :
1- Les Semences sont à la source de la vie, elles sont l’aspiration profonde de la vie à s’exprimer, à se renouveler, à se multiplier, à évoluer en perpétuelle liberté.
2- Les Semences sont l’incarnation de la diversité bio-culturelle. Elles contiennent des millions d’années d’évolution biologique et culturelle, et le potentiel de millénaires de développement.
3- La Liberté des Semences est le droit d’exister de chaque forme de vie, et la base de la protection de la biodiversité.

Cet appel a été lancé par Vandana Shiva l’une des chefs de file des écologistes de terrain et des altermondialistes au niveau mondial, notamment pour la promotion de l’agriculture paysanne traditionnelle et biologique, en opposition à la politique d’expansion des multinationales agro-alimentaires et au génie génétique. Elle lutte contre le brevetage du vivant et la biopiraterie.