Dans la suite de la COP 21 …

Dans le contexte de la Conférence sur le climat de Paris 2015, il nous a semblé utile de proposer aux internautes qui suivent les actions de l’association, des petits films en lien direct avec les enjeux de cette conférence historique.

1er film : une petite animation qui rappelle les mécanismes de l’effet de serre et du réchauffement qui en résulte sur la Terre.

2e film : un extrait d’un document consacré à l’éco-construction et aux éco-villages. Ici, il est question de l’expérience du Hameau de Buis situé dans le sud de l’Ardêche

3e film : Une solution de consommation d’électricité issue de la production d’énergie renouvelable avec la coppérative d’utilisateurs Enercoop.

4e film : 40 ans de permaculture : la longue expérience d’un couple belge qui présente son « jardin en permaculture » et sa collection de semences.

5e film : Une présentation de l’association des semencières dont l’objet est la conservation des semences traditionnelles loin des catalogues restrictifs des semence hybrides proposées par les industriels.

6e film : Un extrait d’une conférence donnée par l’ingénieur agronome micro-biologiste des sols Claude Bourguignon : de plus en plus de sols sont appauvris du fait des traitements agro-chimiques qu’on leur fait subir, quels sont les remèdes pour les reconstituer et les préserver.

Toutes les vidéos sont issues de youtube

Convention des Nations unies sur les changements climatiques – COP 21- PARIS 2015

 But de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques – COP21

Un événement majeur pour l’ensemble des peuples de la Terre se tiendra à Paris en décembre 2015, Il s’agit de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques dénommée COP21.
Cette convention sous l’égide  des Nations Unies s’est donné pour objectif d’arriver à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C. L »enjeu est énorme pour le bien-être des générations futures mais l’objectif souhaité sera-t-il atteint?

Le Martsi, à sa modeste échelle locale, estime qu’une information sur cet enjeu  majeur  peut être utile à la réflexion des adhérents et des internautes qui suivent l’évolution de l’association. C’est pourquoi une sélection de vidéos est proposée sur le sujet. Chacun pourra s’il le souhaite compléter son information car il existe de nombreux documents en ligne.

Le concept d’Anthropocène

Les activités humaines depuis la révolution industrielle survenue en Angleterre à la fin du 18e siècle avec entre autres l’invention de la machine à vapeur et l’extraction minière du charbon ont créé beaucoup de progrès dans tous les domaines de la vie humaine mais ont aussi commencé à provoquer des nuisances sur l’environnement. Mais c’est à partir des années 1950 que l’on assiste à un emballement de ces activités qui vont provoquer des modifications importantes de l’environnement terrestre, notamment via :
-l’agriculture intensive et la surpêche ;
-la déforestation et les forêts artificielles ;
-les industries et les transports ;
-l’évolution de la démographie et l’urbanisation ;
-la fragmentation écologique ;
-la réduction ou destruction des habitats ;
-les pollutions de l’air, des eaux et de la terre ;
-l’augmentation exponentielle de la consommation et donc de l’extraction des ressources fossiles ou minérales (charbon, pétrole, gaz naturel, uranium, etc.) ;
Cette période historique porte aujourd’hui le nom d’Anthropocène et c’est notre époque !

Documents ressources

Vidéo 1 : Bienvenu en Anthropocène : Ce film de 3 minutes remonte le temps au début de la Révolution Industrielle, il y a 250 ans. Des images exceptionnelles des flux d’énergie (électricité, pipelines…), de communication (câbles sous-marins) et de transport (routes, voies ferrées, voies maritimes et trafic aérien) montrent la toile qui s’est tissée sur toute notre planète. De plus, des données sont surperposées sous forme d’un graphique, celles-ci montrent l’emballement de nos activités et de la croissance démographique à partir des années 1950.

Vidéo 2 : Le glaciologue Claude Lorius et l’anthropologue et sociologue Alain Gras débattent autour de cette nouvelle ère géologique (moderne) appelée l’anthropocène : celle où les activités de l’homme ont un impact global sur l’écosystème TERRE. Cette nouvelle ère géologique a débuté à la fin du XVIIIe siècle avec la révolution industrielle en occident.

Pour en savoir plus sur la COP 21 ; on peut consulter le site : http://www.cop21.gouv.fr/fr/cop21-cmp11/quest-ce-que-la-cop21-cmp11

Sobriété heureuse

La sobriété heureuse (ou simplicité volontaire) est un mode de vie développé dans des sociétés post-industrielles, pour la plupart occidentales à démocratie représentative. Lorsque l’individu a le sentiment que ses idées ne pourront parvenir au pouvoir, la mise en œuvre de la sobriété heureuse permet une action directe du citoyen sur son cadre de vie et l’espace public.
Ce n’est pas un retour à un mode de vie du passé contrairement à ce qu’affirment certains de ses détracteurs, mais plutôt un engagement qui nous invite à discerner le nécessaire du superflu, le naturel de l’artificiel et aujourd’hui prendre conscience de l’impact environnemental de notre consommation quotidienne tous domaines confondus.
Une conférence donnée par Patrick Viveret à suivre ci dessous.
Il y traite de la démesure et du mal-être actuels qui ont donné un ensemble de crises (climatique , environnementale, sociale, financière …) dont les toutes sociétés sont loin d’être sorties. Toutes ces crises sont reliées entre elles. Il pose que la question du bonheur ne va pas de soi. Il essaie de définir ce qui manque aux multiples alternatives à ces différentes  crises en définissant des stratégies positives de sobriété heureuse.  Bref : une vidéo fortifiante pour tous ceux qui pensent qu’un autre monde est possible.

Patrick Viveret est un philosophe et essayiste altermondialiste, ancien conseiller référendaire à la Cour des comptes.

Il est auteur de nombreux ouvrages dont le dernier en date : Du bon usage de la fin d’un monde (éditions Les Liens qui Libèrent, mai 2012)